Médecin de club

Savoir pour un médecin de club ou médecin fédéral

Le  personnel médical et paramédical d’une structure sportive :

  • Veiller, promouvoir la culture de la lutte contre  le dopage
  • Veiller à diffuser toutes les informations dans le but de promouvoir la culture anti-dopage
  • Faire connaître par tous les moyens les programmes fixés par les instances nationales et internationales en matière de lutte contre le dopage
  • S’abstenir d’aider les sportifs à utiliser ou essayer d’utiliser des substances ou méthodes interdites
  • S’informer auprès des sportifs sur toute prescription  médicale délivrée par un médecin d’une structure autre que la sienne
  • Contrôler chez un sportif, toute substance délivrée à titre de médication, complément de nutrition, ou produit de substitution
  • Connaître la procédure de contrôle anti-dopage à laquelle ses sportifs doivent répondre
  • Connaître la liste des substances et méthodes interdites ainsi que son actualisation au moment de la procédure de contrôle anti-dopage d’un sportif de sa structure
  • Se référant à l’article 5 de la loi sur le dopage en Tunisie, le médecin d’une structure sportive doit rédiger une AUT (autorisation à usage thérapeutique) quand le cas se présente chez un sportif, et répondre à toutes les exigences de cette demande
  • Le médecin de la structure doit informer les sportifs sur le dopage, sur les contraventions et les sanctions s’il y a violation d’une des règles du code de la lutte contre le dopage
  • Le personnel médical ou paramédical peut se doter de toute information, documentation, encadrement de l’ANAD, et ce  en matière de lutte contre le dopage
  • Peut recevoir la liste actualisée des substances et méthodes interdites
  • Peut recevoir s’il le souhaite une formation d’ACD (agent de contrôle anti-dopage) lui permettant d’effectuer des contrôles anti-dopage chez les sportifs